Romans

Trois concerts – Lola Gruber

Une chronique le jour même de la sortie du livre, si c’est pas de l’efficacité ça mes amis!

Ce que ça raconte :

Viktor Sobolevitz, grand violoncelliste, ne joue plus vraiment depuis la mort de sa femme. Et depuis qu’il a décidé de ne pas jouer les trois suites qu’un célèbre compositeur lui avait écrit.

Clarisse Villain est une jeune violoncelliste, toujours à contre-temps dans la vie, mais qui réussit à devenir l’élève de ce grand maître qui n’en prend jamais.

Mais comment construire une vie sur un chagrin? Une carrière sur l’échec?

Ont-ils choisi ce si gros instrument pour pouvoir disparaître derrière?

Ce que j’en pense :

J’ai adoré. Je ne sais pas vraiment pourquoi, je sais qu’il y a des manques, des choses qui me sont insupportables d’habitude, mais, j’ai adoré.

Au début il faut se faire à l’écriture, particulière. Un tutoiement constant, une façon de nous glisser dans la tête des personnages. Mais suffisamment maîtrisé pour que l’on y accède rapidement, et qu’on oublie peu à peu cette pirouette.

Ensuite il y a les personnages. L’auteure ne nous les offre pas tout entiers dès le début, ça peut être déroutant. Mais c’est tellement intéressant de les découvrir peu à peu, comme eux se découvrent. Et ce ne sont pas des personnages creux, sans relief. Vous n’aurez pas le vieux qui jouait comme une Dieu, la jeune fille blonde filiforme qui fait tomber tout les hommes, loin de là. Ils ont des failles, des doutes, des interrogations, des moments où ils ratent leur chemin, et où ils le retrouvent.

Et enfin, il y a la musique. La vraie. Celle des mots et celles des notes. Je crois que c’est ça qui m’a le plus conquise. Bien sûr au début je me suis demandé si ça n’était pas un livre pour initiés. Qui peut mieux comprendre que ceux qui ont déjà passé des heures sur une partition, avec un professeur qui vous parle de tout sauf des notes, mais en fait qui ne vous parle que de ça? Mais je crois qu’on peut apprécier ce livre même sans ça, et avoir ensuite envie d’écouter des heures et des heures de violoncelle.

D’ailleurs j’ai lu ce livre en écoutant les morceaux dont l’auteure parle (sauf un, l’essentiel, mais vous comprendrez en lisant le livre). Il devrait être fourni avec un album, ou tiens, une playlist Deezer, même si je vous l’accorde le son est pas top si on est un mélomane averti. Mais si on est un lecteur curieux, ça devrait aller!

Alors voilà, c’est vraiment un livre parfaitement réussi, pas forcément « facile », mais une fois qu’on tombe dedans, on n’en ressort pas facilement.

J’en ai même lu quelques passages à mon fils de bientôt 8 ans, lui qui parfois se bat avec son violoncelle comme un boxeur…

Et vous,

Vous vous faites des playlist virtuelles quand vous lisez un livre?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s