thriller

Origami – Patricia Oszvald

Bon encore un thriller alors que j’avais dit que c’était pas mon truc. Mais bon, l’auteure a bien fait sa pub, et le résumé était… intrigant!

Ce que ça raconte :

Michael Conrad, avocat, a des visions violentes, et déteste la couleur rouge. C’est un avocat international reconnu, et tout à l’air de se dérouler normalement jusqu’à la découverte d’un origami sur son pare brise, puis bien après, la disparition de sa fille Lucie. Quelqu’un cache quelque chose, mais quoi?

Ce que j’en pense :

C’est compliqué parce que l’auteure ayant fait sa pub auprès de moi, je n’ai pas envie d’être trop négative. Je vais donc faire du positif négatif, en commençant par le mieux.

C’est un thriller, et donc les codes du genre sont respectés, une enquête, du suspense, des questions auxquelles on cherche les réponses et qui ne se résoudront qu’à la fin du roman. Des moments très attrayants, où on se dit  » ça y est, c’est parti, on y est, mais pourquoi, que se passe t’il, je veux savoir! ».

Malheureusement il y a aussi certains points plus difficile. Le premier, et qui ne concerne que moi, c’est le nombre de personnages. Déjà j’ai du mal avec les noms américains (je ne vous parle pas des russes 😅), mais alors quand il y en a pléthore et qu’on ne sait pas qui est important, je suis perdue. Par exemple le livre débute avec un tas d’avocats qui discutent. Bien bien mais je dois me souvenir de qui pour la suite de l’histoire?

Ensuite, un point que je reproche à beaucoup de livre autoedité : il manque un œil extérieur, une correction. Cela aurait permis d’harmoniser l’ensemble, surtout pour savoir où l’on se trouve dans l’histoire, mais aussi de faire des corrections de maladresses que l’on ne voit pas forcément lorsqu’on est auteure. Par exemple, l’utilisation intensive des points d’exclamations. Je n’ai rien contre mais lorsqu’il y en a à chaque phrase et dans chaque dialogue, ça devient compliqué à lire et à comprendre l’intention des personnages. De même que les erreurs de typographie (les points d’exclamation suivi d’une virgule dans les dialogues) sont ennuyeuses lorsque nos yeux sont formatés.

Enfin, je crois que les personnages auraient mérité un peu plus de profondeur, mais ça, c’est un choix de rédaction, alors je ne dirais rien.

En somme, le livre n’est pas mauvais, le twist final intéressant, mais ça n’est vraiment pas mon style de livre. Définitivement.

Et vous,

Vous êtes sensible à ces questions d’auto édition? (Techniquement je ne sais même pas si on appelle ça de l’auto édition, mais je veux dire quand on ne passe pas par une vraie maison d’éditions qui s’occupe de tout…)

Publicités

5 commentaires sur “Origami – Patricia Oszvald

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s