Romance·Romans

L’expérience de la pluie – Clélie Avit

Quand tu choisis un livre uniquement parce que la couverture te plaît… Dommage que ça rende moins bien sur le kindle!

Ce que ça raconte :

Camille est la maman d’Arthur. Camille et Arthur sont autistes, asperger, et surtout hypersensibles. Rien que le toucher est insupportable. Jusqu’à l’arrivée d’Aurélien. Faire l’expérience d’Aurélien pourrait changer leur monde…

Ce que j’en pense :

Je suis très ambivalente vis à vis de ce livre. Parce que d’un côté j’ai beaucoup aimé, et d’un autre, j’ai été agacée. Surtout parce que certains points sont restés totalement nébuleux pour moi…

J’ai beaucoup aimé la façon délicate et poétique d’ecrire, les passages sur l’hypersensibilité, quand un rien agresse. Ça m’a fait penser à cette enfant, ma fille, pour qui le monde est rempli de sensations violentes. Mais qui s’en sort bien mieux que dans ce livre, une fois qu’on a compris qu’il fallait tester chaque paire de chaussette avant de l’acheter pour être sûrs qu’elles seront portables, et supportables.

J’ai beaucoup aimé la petite romance qui se trame – parce que oui j’ai dit que la romance pure et dure je n’aimais pas ça, mais personne ne peut refuser une gentille histoire d’amour non? -, tout en douceur, lenteur, délicatesse, malgré la violence de l’incompréhension.

Vous savez c’est ce genre de livre où l’on se surprend parfois à avoir un petit sourire sur les lèvres pendant la lecture…

Mais pourtant, comme je le disais, il m’a agacée. La première raison, c’est le fait de dire « ces personnages sont autistes Asperger ». C’est caricatural et peu crédible par endroit. Je crois que pour parler des troubles du spectre autistique, parfois il est nécessaire de faire plus de recherches. Déjà que même les professionnels sont encore parfois dépassé, surtout dans le cas des femmes, là, c’était compliqué de s’y frotter. Après, je comprends bien que c’est un roman, et que rien n’oblige à ce que tout soit crédible. Mais si vous avez déjà lu quelques uns de mes avis, vous le savez, je suis le genre de personnes qui peut aller vérifier au cours de sa lecture d’un roman policier un point d’anatomie, pour être sûre… Donc je pinaille, je sais, mais tout de même.

Le deuxième point, c’est la construction du livre. Je ne sais pas comment travaille l’autrice, mais elle donne l’impression de n’avoir aucun plan, de laisser le livre avancer à son bon plaisir. Certains auteurs fonctionnent de cette façon sans que l’on ne s’en rende jamais compte. Dans notre cas c’est l’inverse, c’est même central au livre. Et c’est ennuyeux. D’autant plus que certains points ne sont pas clairement énoncés et que je déteste ça, je retrouve l’impression que je suis à côté de la plaque, que je ne comprends rien. A croire qu’il me faudrait un lexique, comme l’héroïne de l’histoire… (par exemple pour ceux qui l’ont lu ou le liront, je n’ai pas compris l’histoire de Caroline).

Je concluerai donc en disant que c’est un livre très intéressant, émouvant, mais que si vous êtes à deux doigts du spectre autistique, ça risque d’être un peu décevant…

Et vous,

Si vous l’avez lu, et compris le fin mot de l’histoire de Caroline, je veux bien une explication, je vous le demande souvent ces derniers temps mais vous le faites super bien! (C’est pas que je suis con, c’est que je veux être sûre d’avoir compris comme les autres voyez vous) (même si là, j’ai vraiment pas compris ce qu’ils avaient fait 🤔)

Informations :

Parution : 14 mars 2019

Éditions : Plon

Nombre de pages : 320p.

Merci aux éditions Plon et à Netgalley de m’avoir permis de lire ce livre!

5 commentaires sur “L’expérience de la pluie – Clélie Avit

  1. Je viens de le terminer et j’ai adoré. Je n’ai pas non plus tout compris à l’histoire de Caroline, et j’aurais aimé avoir le fin mot de l’histoire d’Éloïse, mais ça ne me dérange pas plus que ça, en fait… Je suis partie du principe que ce n’étaient pas les personnages principaux et que je m’en fichais un peu (ajoutons que j’ai détesté le personnage de Caroline, et tu comprendras pourquoi ça m’indiffère totalement :D)
    Ne connaissant pas grand chose à l’autisme, je n’ai pas pu relever de manque de crédibilité et j’ai tout simplement adoré ma lecture. Mais je suis un peu comme toi, et j’ai cherché pour savoir comment l’autrice s’était documentée sur l’autisme. Apparemment, elle se serait inspirée de la fille autiste d’une de ses amies, mais je n’ai pas trouvé plus d’informations que ça…

    Aimé par 1 personne

    1. L’autrice m’a envoyé un gentil petit mot pour les précisions, sur Caroline (donc curiosité satisfaite!), et sur le point sur l’autisme : c’est un point secondaire, on aurait pu faire presque sans, elle s’est bien plus concentré sur l’hypersensibilité. Ce qui rend encore plus positif mon ressenti du livre 🙂

      Aimé par 1 personne

    1. Bien sûr, je copie colle : « Le hic d’Aurelien vis à vis de Caroline est simplement que ses amis l’ont considéré comme incapable de gérer la rupture. Ils l’ont donc enrobé dans un monde où Caroline existait à peine en dehors des repas annuels. En même temps, de mon point de vue « extérieur » ils n’avaient pas tort parce que côté émotionnel, Aurélien aurait besoin d’une bonne thérapie, parfois… 🤔 »

      Voilà 😊

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s