Romans·Service presse

Tant qu’il y a de la vie, journal d’Hendrik Groen, 85 ans – Hendrik Groen

Mais pourquoi lire le journal d’un gars qui a 50 ans de plus que moi, je vous le demande!

Ce que ça raconte :

Hendrik Groen, 85 ans, vit dans une résidence pour personnes âgées, avec des co-résidents pas forcément à son goût, mais aussi avec ses complices du Vimapem, les « vieux mais pas encore morts ». Il nous raconte donc au jour le jour et avec plein d’humour ce qu’il se passe quand chaque jour est un pied de nez à la fin définitive.

Ce que j’en pense :

Avant toute chose, précisons que c’est la suite du livre d’hendrik Groen, 83 ans et demi. Mais je ne l’ai pas lu, et on peut faire sans.

Précisons aussi (parce que si vous êtes comme moi vous vous poserez la question), que ça n’est pas un journal vrai de vrai. Mais après tout, c’est pas bien grave, parce que bien des choses qui y sont ressemblent à ce qu’on pourrait voir dans une maison de retraite. Même les françaises. Du moins, quand j’y allais encore en stage il y a une dizaine d’années, ça y ressemblait pas mal. En effet, l’auteur est un discret hollandais d’une soixantaine d’année (loin des 85 de son héros!). Mais nous ne saurons pas ce qu’il en est de sa connaissance des maisons de retraite : d’une part il est extrêmement discret, d’autre part je ne parle pas hollandais, donc impossible de comprendre tout les articles à son sujet.

Malgré tout, c’est tellement bien écrit qu’on s’y croirait, et qu’Hendrik et ses collègues nous deviennent proches, et fort sympathiques. On rit beaucoup, mais pas toujours à gorge déployée, soyons honnête on rit parfois jaune. C’est pas toujours marrant de vieillir, et certains moments sont très émouvant. Pour peu que vous ayez un aïeul lui même dans ces situations…

Souvent nous, les plus jeunes, on rigole du jour où l’on sera placé, est ce qu’ils mettront encore « la java bleue » à la radio pour les après midi musicaux, ou alors il faudra se farcir Christophe Maé. Mais souvent on oublie aussi qu’il faudra vivre avec des gens qu’on n’aura pas choisi, une porte de chez soi qui s’ouvre n’importe quand, l’intimité qui n’existe plus du tout, que ce soit parce qu’on parlera de vos protections intimes à haute voix, mais aussi parce que personne ou presque ne vous touchera plus. Alors peut être que nous aussi, on fera partie de ces vieux qui rigolent parce qu’être vieux, d’accord, mais n’être pas encore mort, c’est ça l’important!

Et vous,

Vous allez les voir souvent, vos aïeux?

Informations :

Parution : 28 mars 2019

Éditions : Presse de la cité

Nombre de pages : 416p.

Merci aux presses de la cité et à Netgalley de m’avoir permis de lire ce livre!

4 commentaires sur “Tant qu’il y a de la vie, journal d’Hendrik Groen, 85 ans – Hendrik Groen

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s