Roman historique·Romans·Service presse

[Roman] Ceux qu’on aime – Victoria Hislop

Oui je sais, j’avais dit que je mettrais Victoria Hislop de côté depuis ma lecture de  » la ville orpheline« . Mais ça fait assez longtemps maintenant, non?

Ce que ça raconte :

Grèce, 1941. La deuxième guerre mondiale bat son plein, et la Grèce se retrouve au centre d’un combat sans merci : les grecs, les italiens, les allemands, les communistes, tous veulent le pouvoir. Au milieu de ces combats de territoire, Thémis, jeune héroïne engagée, doit grandir, vite, et sauver au mieux sa vie et celles des siens…

Ce que j’en ai pensé :

Victoria Hislop est très connue pour ses romans appuyés sur des périodes compliquées de l’histoire, ses héroïnes engagées, et une construction dans laquelle on suit les familles au sein même des événements.  » Ceux qu’on aime » ne diffère pas de ces habitudes, ce qui, je vous l’avoue, m’a plutôt agacée au début. La jeune fille sur qui toute l’histoire va reposer, la famille qui se déchire, les deux frères aux opinions politiques opposées, les grands moments de lyrisme, les mots empruntés à la langue des personnages pour rendre plus réel, ça me donne l’impression de manger l’éternel gâteau au yaourt. La recette est connue, maîtrisée, mais rébarbative. Mais cette autrice a du talent. Avec un gâteau au yaourt que l’on connait bien, elle réussit à nous faire un dessert de fête, et voilà qu’au fil des pages, on s’attache tellement à l’héroïne qu’il nous devient impossible de lâcher l’histoire. Il faut dire que d’une part, c’est vraiment bien écrit : des dialogues cohérents, une langue agréable à lire, des phrases suffisamment bien construites pour qu’il n’y ait aucun accroc à la lecture, on sent l’habitude et on comprend son succès.

Mais cette fois-ci, il y a aussi l’héroïne et ses choix. Auparavant, dans les quelques autres livres que j’ai lu de cette autrice, il était assez facile d’adhérer à ses choix. Les méchants, les gentils, une semi happy end et tout allait bien. Dans ce récit, l’Histoire fait qu’il est bien plus compliqué de se positionner. Alors bien sûr, nous ne défendrons ni les nazis, ni les fascistes, pas d’inquiétudes, cela ne changera pas totalement votre système de valeurs. Mais les autres, ceux qui devraient être « les gentils », le sont-ils vraiment? Jusqu’à où nos espérances et nos convictions doivent-elles aller pour adhérer à certains actes? Thémis est beaucoup moins tranchée qu’ont pu l’être d’autres femmes engagées dans les romans précédents de Victoria Hislop. Je crois d’ailleurs que c’est ça qui m’a le plus plu, le fait qu’enfin, parfois, on puisse se dire que non, on n’adhère absolument pas à ses choix. Enfin. Quand elle a eu le choix, parce qu’on reste en temps de guerre, tout de même.

Ce livre m’a réconcilié avec cette autrice, c’est une très belle réussite, calquée il est vrai sur les romans précédentes, mais quand une recette fonctionne, pourquoi la changer totalement?

Ce qui tombe bien, d’ailleurs, parce que je viens d’emprunter « L’île des oubliés » à la bibliothèque…

Et vous,

Les livres qui utilisent une recette immuable pour leur construction, ça vous agace ou ça vous arrange?

Informations :

Parution : 10 octobre 2019

Editions : Les Escales

496 pages

 

Merci aux éditions Les Escales et à Netgalley France!

4 commentaires sur “[Roman] Ceux qu’on aime – Victoria Hislop

  1. En effet, c’est intéressant comme l’auteure arrive à remettre du flou dans une situation bien tranchée au départ (Thanassis-Margarita d’un côté, Thémis-Panos de l’autre), arrivée à un certain point dans l’histoire. J’ai découvert une facette de la Grèce que j’ignorais et que j’ai trouvé passionnante !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s