Romans

[Roman] Braves gens du purgatoire – Pierre Pelot

Oh, un livre qui se déroule dans les Vosges, c’est pratique, t’as les visuels du roman juste en regardant par la fenêtre ! Vous connaissez notre joli coin des Vosges vous ? Je veux dire, les villages du fin fond de la montagne, pas le lac de Gerardmer un 15 août…

Résumé du livre :

A Purgatoire, village vosgien, Maxime aurait assassiné sa femme avant de se suicider. Sauf que personne n’y croit vraiment, ni les villageois, ni Lorena, leur petite-fille. Mais à vouloir résoudre le mystère, elle va déterrer des tas d’histoires comme celles que les villages vosgiens arrivent si bien à taire…

Mon avis sur le livre :

Il est des livres que l’on avale sans même sans rendre compte, juste pour l’histoire. Il est des livres dont on déguste les mots, mais sans aucun égard pour l’histoire qui ne raconte rien. Ce livre n’est pas de ceux-là. Ce livre se déguste, mot par mot, phrase par phrase, et l’on avance lentement, attiré par l’histoire, tiré par les fils que l’auteur tisse, petit à petit. Les mots sont beaux, les phrases sont belles, mais elles sont longues, arides parfois. Oui parfois on se perd un peu, on relit plusieurs fois, on cherche un mot dans le dictionnaire, et parfois même, il n’y est pas, parce que ses mots sont mâtinés de patois vosgien. Mais on y plonge à pieds joints et on ne le lâche plus. Passé les quelques premières pages où l’on se dit qu’on n’y comprendra rien, on commence à déguster chaque mot. Comme la mirabelle en fin de repas, un petit godet à ne pas avaler trop vite sous peine de rouler sous la table.

Mais comme je le disais, ce livre ne recèle pas que de jolis mots. Le récit vous emmène dans une enquête digne d’un polar, on veut savoir ce qu’il en est, on veut comprendre, et parfois, grands dieux, on est totalement perdus, entre les taiseux et ceux qui parlent trop, entre ce que l’on montre ostensiblement pour cacher tout le reste. On croit savoir, on ne sait rien, on croit que c’est trop, et c’est pourtant si peu. Une franche réussite qui permet de tenir tout au long des 500 pages du roman…

Et enfin, il y a les personnages. Les Vosges d’abord. Celles avec les petits villages de montagne entrecoupés de forêt de sapin, avec son petit centre, et ses maisons dispersées. Celles où tu penses passer inaperçu mais où tout le monde te connait. Ces villages des Vosges, où 80% des habitants sont reliés par le sang, et même si tu y habites depuis 50 ans, tu seras toujours l’étranger. Ces affaires de familles, ah on parle des Corses parfois pour rire, mais venez écouter au bistrot d’un petit village vosgien ce qui se dit, vous serez bien surpris. Et pourtant, quand il faut cacher, défendre un secret, rien ne sort. Rien n’est mieux garder qu’un secret par là-bas, même si ça signifie être garder par les 50 habitants du hameau. S’il ne faut pas parler, personne ne parlera. Même pas contre ses ennemis.
Vous y retrouverez aussi une grande famille, avec un portrait tiré au couteau de chacun, et tellement réaliste.

Ce livre vous parle des villages de chez nous. Des hommes, des familles, des secrets. Mais surtout, il vous parle des hommes de là-bas. Et vous allez adorer.

Informations :

Parution : décembre 2018
Editions : Héloïse d’Ormesson
508 pages

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s